Gérer le risque de change est à la portée de tout le monde

Defthedge

04 juin 2019

La gestion du risque de change est un sujet qui touche toutes les entreprises ayant une activité internationale d’importation ou d’exportation et peut avoir des conséquences importantes sur leurs marges commerciales. Il est surprenant de constater que plus de 60% des entreprises n’ont pas de politique de couverture. Quelques actions simples permettent pourtant de définir un cadre de suivi du risque de change afin de pouvoir mettre en place une politique de couverture.


1- Connaitre son risque
Le risque de change est l’incertitude que les fluctuations des cours des devises fait peser sur la performance financière ou économique des entreprises, quelle que soit leur taille, des multinationales aux TPE. Il est donc essentiel pour une entreprise de connaitre son exposition au risque de change. Pour cela, une analyse qualitative et quantitative des cash flows en devises sur une base mensuelle permet de comprendre et mesurer l’effet des variations des cours des devises sur la rentabilité de l’entreprise. Il est pertinent à ce niveau, de définir un seuil de significativité du risque pour l’entreprise afin de réagir rapidement si l’exposition de l’entreprise évolue (nouveau contrat commercial, changement de fournisseur, acquisition d’une société à l’étranger …)
 
2. Définir une politique de gestion
L’étape suivante consiste à mettre en place le cadre d’une politique de gestion adapté à l’entreprise, qui définira :
- les personnes responsables de la gestion du risque de change (DAF, Trésoriers, …)
- les objectifs de gestion,
- les instruments de couverture pouvant être utilisés,
- les outils utilisés et les modalités de reporting.


3. Stratégie de couverture

Dans le cas où la rentabilité de l’entreprise n’est pas affectée de manière significative par les variations des cours de change, la stratégie de couverture à adopter peut être :
- ne pas couvrir le risque de change et convertir le flux de trésorerie en devises au cours au comptant au moment des encaissements ou des paiements,
- mettre en place une stratégie de couverture à court terme, en utilisant des contrats à terme, lors de l’émission ou de la réception de factures pour limiter la volatilité du résultat de change comptable.

En revanche, lorsque le risque de change a un impact important sur les résultats de la société, ne pas couvrir n’est plus une option et une stratégie de couverture à court terme s’avèrera très souvent inadaptée.
Il convient d’élaborer une stratégie permettant de gérer l’intégralité du risque avec un pourcentage de couverture minimum, des niveaux d’alerte déterminés à l’avance de façon à savoir quand intervenir et adapter la stratégie de couverture quand le cours de la devise a évolué, que ce soit dans un sens favorable ou défavorable.
Dans le suivi au quotidien de la stratégie de couverture, le gestionnaire doit avoir à sa disposition un outil répondant à ses besoins :
- suivre son exposition et son portefeuille de couverture
- avoir une vision en temps réel de sa position de change pour être réactif au moment de prendre une décision de gestion,
- être informé en temps réel lorsque les alertes (stop-loss ou take-profit) sont atteintes,
- avoir un reporting simple et efficace mettant en avant les indicateurs importants pour la prise de décision.

Si le travail d’analyse du risque de change peut être complexe à mettre en place dans un premier temps, les résultats ne peuvent être que bénéfiques pour les entreprises. Il est essentiel que les entreprises lèvent leurs incertitudes sur leur exposition au risque de change pour faire face à l’incertitude du marché des changes en toute sérénité.

Si toutes ces notions vous apparaissent complexes, n'hésitez pas à contacter DeftHedge.

Rendez-vous sur notre page Solution

Plus de lectures :
VERNIMMEN
FRANCIS LEFEBVRE
Enquête Trésorerie - Rexecode
Taux de réferences BCE - European Central Bank - 14:15 CET

Latest articles

Share on

NOS PARTENAIRES